Article


Le 29 Mars dernier, Mariam Oudar, une femme rurale tchadienne, non instruite de surcroit, remportait le 3ème prix du concours régional sur le lait local.

Le Forum Africain des Femmes Leaders (FAFEL) se positionne comme la principale tribune panafricaine d’expression de la femme Africaine à travers la promotion des modèles de réussites de femmes dont l’exemple pourra notamment inspirer leurs congénères vers leur autonomisation socio- économique. Le concours en question a été initié par la campagne « Mon lait est local » à l’occasion de la 3ème édition du FAFEL, et vise à primer les femmes engagées et innovantes dans le lait local en Afrique de l’Ouest et au Tchad. La participation de Mariam Oudar à ce prestigieux concours est pleine de leçons à tirer.


1-      L’instruction n’est pas obligatoire pour que la femme rurale s’engage dans la communauté


Le cas de Mariam Oudar est impressionnant. Cette mère de famille, bien que non instruite, a prouvé que l’on peut par la détermination tenir tête à celles qui sont bardés de diplômes. Selon les chiffres, il y a près de 85% de femmes rurales au Tchad. Il y a donc autant de femmes partageant le même courage, la même détermination et le même engagement que Mariam Oudar, pour la promotion des produits provenant de l’agriculture et de l’élevage. Il suffit juste d’oser comme Mariam Oudar qui fut la 1ère femme non instruite à participer à un tel concours.


2-      L’union fait la force


Mariam Oudar, la candidate du Tchad est arrivée 3ème au concours régional sur le lait local, derrière Alima Diallo et Maimouna Zene, les candidates respectives du Mali et du Niger. Les gagnantes sont celles qui arrivent à mobiliser le plus d’internautes. Mariam Oudar, la candidate du Tchad aurait pu gagner si les internautes tchadiens s’étaient beaucoup plus mobilisés pour elles.


L’union et la solidarité sont essentielles dans la réussite des projets des femmes rurales. C’est ce qui fait notamment la force des groupements et collectifs des femmes rurales, qui reposent sur la mutualisation des ressources et l’entraide.


3-      Les associations féminines pour épauler les femmes rurales


La candidature Mariam Oudar a été proposée et épaulée par une association féminine du Tchad : L’AVOF (Association Voix de la Femme) qui fait un remarquable travail dans la sensibilisation des femmes nomades. Impliquer et associer les associations féminines lors des plaidoyers visant les femmes rurales permet d’obtenir de meilleurs résultats, atteindre plus de monde, créer un climat de confiance et impliquer plus ces dernières dans les actions visant leurs communautés.


La participation de Mme Mariam Oudar au Fafel est riche en leçons qui peuvent inspirer lors de la mise en place de prochaines campagnes de soutien en faveur des femmes rurales.  


Partager:

Tags: Law, Juggement, lawyer, Cases

Comments